Autoprotection Taovital, une méthode pour préserver la vie

Taovital, les gestes d’autoprotection

Comment faire face à la violence sans répondre par la violence à son tour ? Le challenge n’est pas facile… et très stimulant. C’est notre souhait d’aller dans cette direction. Bien sûr, certaines techniques de libération ou de contrôle du corps violent de « l’agresseur » peut entraîner de la douleur, cependant cette action – avec l’autre – est mesurée, contrôlée,progressive et demeure bienveillante. Il est important de veiller à contrôler sa force afin de ne blesser ni le corps de l’autre, ni sa personne. Comment aider l’individu malade de cette violence à en guérir et à en sortir ? Comment transformer ensemble la violence. Bonne recherche et bonne pratique. Jean-Marc

 

La transformation de la violence

Avant de créer le Mouvement Spontané et l’Ecole de bien-être Troisième Souffle, Jean-Marc Ortéga a longuement pratiqué le Judô, le Junomichi, le Karatedô de style Shitô Ryû, l’Aïkidô, le Jôdô, le Kungfu… et les styles internes… Dans les années 60, les pratiques étaient souvent dures et très martiales ; aussi ce fut un long chemin que de transformer la violence et quitter la force pour laisser apparaître la douceur, la souplesse, les gestes sensibles et spirales du Mouvement Spontané. Même si,dans les stratégies de combat de cette petite vidéo, la violence est douloureuse, ce sont nos racines… puis les branches s’enroulent et les feuilles et les fleurs se tournent aujourd’hui vers le ciel, vers la lumière…